Voyages Autour Du Monde

Récits de voyages au Népal, Mexique, Vietnam, Maroc, Grèce, Egypte

Dans le sanctuaire des Annapurnas

28 septembre 2000 • Rubrique: Népal

08-10-2000 – Septième jour de marche

Réveil à six heures, dans un décor de pics enneigés : la brume est complètement dissipée, le soleil se lève sur les montagnes encerclant le camp de base. Aujourd’hui, le lever est immédiat !… Une heure plus tard, le soleil éclaire déjà quelques sommets, et le ciel est d’un bleu magnifique. Nous suivons le lever du soleil sur ces sommets de plus de 7000 m, tout autour de nos yeux, avec une vive émotion. Nous sommes au pied de l’Annapurna Sud (7273 m) qui est à notre gauche, et de l’Hiunchuli (6441 m ), situé derrière nous. En face, se dressent les pics de l’Annapurna IV (7525 m) et, à sa droite, celui de l’Annapurna II (7937 m).

Après le petit déjeuner, nous partons pour une ascension dans le sanctuaire, le long de la crête. Nous voulons approcher d’un peu plus près la face de l’Annapurna Sud, en longeant la crête qui partage d’un côté le cirque, de l’autre côté la moraine de l’Annapurna Sud.

Après une heure de marche, nous nous trouvons à 4400 m environ, sur une esplanade depuis laquelle nous dominons le cirque, avec un large angle de vue sur les pics de l’Himalaya. La lumière est légère, malgré l’apparition de quelques nuages, et l’Annapurna Sud est un peu divin, voilé sous son nuage ensoleillé !

 

L’atmosphère est silencieuse ; seul le bruit de petites avalanches de la moraine. Nous sommes comme à l’unisson de ce lieu de paix, et oublions un peu le temps….

Il est déjà 11 heures quand nous commençons à redescendre, alors qu’un long chemin nous attend, jusqu’à Bamboo (2400 m), où nous ferons étape ce soir.

 

Quelques mètres plus bas, entre les deux camps de bases, nous rencontrons un jeune népalais qui coupe des feuilles de coca, ce qui nous amuse !

 

Pourtant, la descente, qui passe par le même chemin que à la montée, est moins gaie, un peu nostalgique ! En plus, peu après le camp de base du Macchapucharé, le temps se couvre, et la pluie commence à tomber.

Fine au début, elle s’intensifie vite, et nous sommes à nouveau obligés de sortir les capes. Nous arrivons, trempés et épuisés, pour l’étape du midi, à une heure tardive, à laquelle nous sommes peu habitués : 14 heures ! Heureusement, les cuisiniers ont trouvé une cabane où nous pouvons nous abriter. Même après un repas réconfortant, la motivation pour repartir sous la pluie, dans la forêt pour deux ou trois heures de marche encore, manque… Et très vite, sous les arbres par temps de pluie, la terre est boueuse et glissante, la lumière est très sombre, et les sangsues sortent en grand nombre, à cette altitude plus basse…

Epuisés après une dure descente, mais heureux de notre magnifique matinée dans le sanctuaire, nous apprécions que les porteurs soient arrivés aujourd’hui avant nous au campement,- puisqu’ils ne sont pas montés avec nous sur la crête dans le sanctuaire-, et que nos tentes soient déjà montées. Nous avons aussi la chance ce soir de pouvoir nous réfugier dans la lodge voisine, autour d’un thé ou de rhum d’abord, avant d’y recevoir le repas. Entre la fatigue et les émotions de la journée, tout le groupe, porteurs, sherpas, et trekkers, est vraiment joyeux, et personne ne veut rejoindre sa tente.

Pages: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18

Tagged as: , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laissez un commentaire